Loading...

10 conseils pour rater son auto-formation

Auto-apprentissage et auto-formation ont le vent en poupe, portés par la démocratisation d’internet et la multiplication d’offres éducatives en ligne abordant un large choix de sujets.  Si se former sans formateur est en effet possible, l’exercice n’est pas aussi simple que le laissent supposer les discours optimistes du marketing de la formation à distance. Alors, que faut-il ne surtout pas faire si l’on souhaite se former en l’absence d’un formateur pour nous guider ?

Par Emmanuelle Véron, Consultante en pédagogie – Agence Sydo

 

  • Ne pas savoir pourquoi on se forme

 

En matière d’auto-formation, Ignorer ses motivations réelles conduit souvent à l’échec. Pour s’auto-former, il faut d’abord être bien clair sur ce que l’on veut : qu’est-ce qui vous pousse à apprendre une nouvelle langue ou une nouvelle technique, à vouloir acquérir telle ou telle compétence ? Quel est votre but ? Il est très important d’identifier ce qui vous motive réellement, car c’est ce qui vous donnera l’énergie nécessaire pour organiser votre formation et persévérer malgré les difficultés et la complexité de la tâche !

 

  • Ne pas bien mesurer ses possibilités et limites

 

Un des meilleurs moyens de rater son auto-formation est d’avoir une perception de soi faussée. L’auto-formation n’est pas faite pour tous. Si vous avez besoin de contacts sociaux très développés, si vous avez des difficultés à vous motiver seul, ou encore si vous n’êtes pas très organisé, il va vous être très difficile de vous former sans guide et sans « camarades de classe ». À l’inverse, une personne autonome et rigoureuse, qui supporte bien la solitude et est capable de se fixer des buts à atteindre ou de prendre du recul sur son apprentissage pour l’améliorer sans le regard extérieur d’un formateur, aura de grandes chances de réussir son auto-formation.

De même, il faut savoir être lucide sur les moyens que l’on peut consacrer à l’auto-apprentissage. Combien de temps pouvez-vous y dédier chaque semaine ? À quelle fréquence ? Quel délai vous fixez-vous pour atteindre votre but, quel est votre budget ? Etc.

 

  • Se tromper de méthode

 

L’auto-formation peut prendre différentes formes en fonction de votre but et des objectifs que vous visez. Si vous souhaitez obtenir une certification reconnue pour compléter votre CV, il vaudra mieux vous tourner vers une formation diplômante, en suivant un parcours à distance ou des cours par correspondance, par exemple. Si vous vous formez plutôt par plaisir ou par loisir, vous pouvez opter pour une méthode moins contraignante et constituer vous-même vos contenus d’apprentissage en consultant des sites ou des forums spécialisés, en regardant des tutoriels ou bien en suivant des MOOC (Massive Open Online Courses) dédiés au sujet qui vous intéresse.

  • Ne rien planifier

Si l’on veut persévérer, il est bon d’être méthodique dans la planification de son apprentissage ! Définissez votre objectif principal et fixez-vous des défis (réalistes !) à relever tout au long de votre auto-formation pour la pimenter un peu. Découpez votre parcours d’apprentissage en étapes et planifiez votre progression ; apprenez à gérer votre temps en fonction de vos disponibilités grâce à un planning hebdomadaire ; fixez-vous des moments pour contrôler vos connaissances et… n’oubliez pas de vous ménager des plages de détente pour souffler, particulièrement si vous vous formez seul en plus de vos journées de travail !

 

  • Choisir un mauvais cadre

 

Rien de pire que négliger l’importance de son environnement de travail, c’est-à-dire l’endroit où vous travaillez, mais aussi « l’espace » dans lequel vous allez apprendre. Que vous choisissiez de passer par un organisme de formation à distance comme le CNED, un réseau social ou un site participatif, ne restez pas seul, échangez le plus possible avec d’autres apprenants ! En plus de vous obliger à travailler de façon plus régulière, cela inscrira votre apprentissage dans un cadre vous permettant de nouer des liens avec d’autres et de créer un réseau d’entraide, et se révèlera précieux en cas de blocage ou de baisse de motivation !

 

  • Toujours faire la même chose

 

Pour éviter l’ennui et soutenir la mémorisation, multipliez les types de supports avec lesquels vous étudiez. Textes, vidéos, serious games, échanges sur le web ou autres, n’hésitez pas à varier les canaux d’apprentissage et à associer le son et l’image (voir un autre sens selon ce que vous apprenez) pour mémoriser une même information. Cela permettra à votre cerveau d’intégrer plus facilement les éléments appris !

 

  • Ne rien mettre en pratique

 

Pour apprendre plus efficacement et plus durablement, essayez autant que faire se peut de lier théorie et pratique. Vous apprenez l’italien ? Regarder la télé italienne ou lire la presse du pays en ligne est un excellent début ! Vous pouvez aussi tester vos capacités en commandant en italien à l’épicerie italienne du coin ou proposer à des touristes transalpins, en vacances près de chez vous, une visite de votre ville dans leur langue natale (oui, Airbnb peut aussi servir à ça). Dès que possible, essayez de mettre vos nouvelles connaissances en application au quotidien, car comme l’aurait dit avec sagesse Confucius: « J’entends et j’oublie ; je vois et je me souviens ; je fais et je comprends».

 

  • Sauter les bases

 

On ne peut construire un apprentissage efficace et durable que si les bases sont solides, ne les négligez pas. Une fois qu’elles sont bien acquises, si vous n’avez que peu de temps à consacrer à votre auto-apprentissage, concentrez-vous sur ce qui est pertinent et intéressant pour vous par rapport à votre objectif personnel. N’hésitez pas non plus à passer du temps sur ce qui vous plait, c’est ce qui vous permettra de garder la motivation dans la durée !

 

  • Être irrégulier

 

Apprendre et se former seul n’est jamais évident et on peut rapidement se sentir isolé, être découragé et lâcher l’affaire… Pourtant, peu importe si vous ne travaillez qu’une heure par semaine, l’important est de persévérer. Au final, ce n’est pas le nombre d’heures passées à apprendre qui compte, mais plutôt leur régularité et leur qualité !

 

  • Vouloir se former absolument seul

 

Il ne faut jamais négliger l’aspect social de l’apprentissage : si vous décidez de vous former seul(e) à un sujet, n’hésitez pas à en parler à votre entourage pour avoir leur avis sur le sujet en question, mais aussi à parcourir les forums dédiés sur le net pour y poser des questions et y recueillir des retours d’expérience intéressants

À propos de SYDO

Créée en 2008, Sydo est une agence de conseil en formation et création d’outils pédagogiques innovants. Basée à Lyon, elle accompagne les projets stratégiques d’entreprises et d’institutions en réalisant des dispositifs de communication pédagogique et de formation (jeux d’animation présentiels, jeux de formation digitaux, vidéos explicatives, application de réalité virtuelle, etc.) afin de garantir leur pleine réussite. Sydo s’appuie notamment sur les avancées des neurosciences et des sciences cognitives afin d’améliorer les outils de formation professionnelle.  L’agence a acquis sa notoriété dès 2011 au travers de Dessine-moi l’éco, une série de courtes vidéos pédagogiques diffusées sur Le Monde.fr et qui compte aujourd’hui près de 10 millions de vues. Ses 17 collaborateurs interviennent sur de nombreux projets en France et à l’étranger. Parmi les clients de Sydo : Bayer, AG2R, Fondation Nicolas Hulot, Crédit Mutuel, Suez Environnement, INRIA, LEGO, Laboratoire Roche, Chopard … L’agence a réalisé en 2016 un chiffre d’affaires de 1 357 000 euros.

 

http://www.sydo.fr / http://www.dessinemoileco.com / http://sydologie.com/

 

Contact Presse

Agence Sine Nomine

Sandrine Lennes – Consultante

Sandrine.lennes@gmail.com

06.82.97.89.04

 

 

 

 

Leave a Comment


Suivez-nous !
facebooktwitterlinkedintumblr